logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

19/12/2014

"Rapt maudit in rose" Roman, comédie policière de Paul G. Sergeant

Roman, comédie policière  de Paul G. Sergeant

Vous connaissez tous le lieutenant Columbo ! Vous savez ce qu'est un colombophile? Laissez-moi vous présenter un Columbo Folle ! 

Fraîchement muté dans un commissariat lyonnais pour pallier au départ en retraite de deux anciens inspecteurs, un inspecteur divisionnaire gay, mais pas folle, Gérard Mancelle, doit résoudre une affaire de rapt avec demande de rançon qui s’est mal terminée. La rançon a été versée, mais la victime a été retrouvée morte. 

L’inspecteur Mancelle avec l’aide de l’inspecteur Jacques Nemyong s’acharne contre le mari de la victime, Henri Lanfort, sans aucune preuve. Mais en réalité, Henri Lanfort est le véritable coupable de ce faux rapt qu’il a imaginé et exécuté avec l’aide de sa complice et maîtresse Florence, pour se débarrasser de son épouse, riche fille unique de la famille Manitonval. L’acharnement policier, sans justification, déclenche les foudres du beau-père du suspect. Charles Manitonval, notable et fondateur d’une banque importante de la région, pèse de tout son poids sur l’enquête, menaçant de façon indirecte, les inspecteurs chargés de l’enquête et leur supérieur, le commissaire Max Gibelin. Avec des attitudes précieuses, frôlant l’humeur folle de certains homosexuels extravertis, humour, perspicacité, ténacité et intelligence, Gérard Mancelle met à mal le mari et arrive à le faire tomber en concoctant un plan astucieux, en grand secret, pour arriver à ses fins. 

 

En version numérique sur Amazon : 

http://www.amazon.fr/s/ref=nb_sb_noss_1?__mk_fr_FR=%C3%85M%C3%85%C5%BD%C3%95%C3%91&url=search-alias%3Dstripbooks&field-keywords=Paul+G.+Sergeant

rapt maudit couverture.jpg

Roman " Entre ombre et lumière"

Voici un roman intitulé "Entre ombre et lumière", sous le pseudo malicieux de Paul G. Sergeant, vous trouverez sa présentation sur le lien suivant:

http://jepubliemonlivre.chapitre.com/roman/2241... 

voici la quatrième de couverture:

De tout temps, à tous les niveaux socioprofessionnels, l'homme ne vise qu'un seul but: celui d'être reconnu, considéré, respecté. 

Dans le monde de l'audiovisuel, et notamment dans le monde de la télévision,ce principe a du mal à se concrétiser, car deux mondes s'affrontent, involontairement ou consciemment: le monde de ceux qui travaillent dans la lumière et celui de ceux qui travaillent dans l'ombre, le monde de ceux qui récoltent tous les avantages et privilèges et celui de ceux qui ne récupèrent que des miettes de la gloire ou pire encore mépris et déconsidération. 

Des techniciens, faisant partie des gens de l'ombre ayant longtemps évolué dans le monde télévisuel avec plus ou moins de succès, ressentent ce phénomène. Malgré leur expérience, ils sont toujours confrontés à cette lutte interne. Ils vivent ou subissent toujours rêves, désillusions, humiliations, stress, angoisse, aux dépens de leur vie privée et de leur épanouissement personnel. Certains acceptent cela sans réagir. d'autres le vivent mal. Dans ce monde replié sur son nombril, une série de crimes inexpliqués, car apparemment sans mobile, va être perpétrée.

L'enquête, qui en découlera, va déterminer le lien entre tous ces crimes. Découvrirons-nous le véritable auteur de ces assassinats ?

A ce jour disponible sur les sites chapitre.com, sauramps.com  et Amazon
Si cela vous tente, je vous en souhaite une bonne lecture.

27/05/2014

Le scénario en toute simplicité

Oui, j'ai osé. J'ai osé commettre ce document où je compile les informations,notions, principes, marches à suivre que j'ai récoltés en lisant des livres et en assistant à des stages de formation qui traitent de l'écriture de scénario. Vous trouverez "Le scénario de long métrage en toute simplicité" sur Amazon avec le lien suivant. Bonne lecture.

 

Présentation:

 

"Avant d'écrire la première ligne de votre scénario, apprenez par étapes successives à vous poser toutes les questions essentielles pour aboutir à une trame complète et cohérente pour vous éviter d'écrire et de réécrire moult fois votre futur scénario de long métrage.Grace à un exemple d'écriture de scénario d'un court métrage par étapes vous assimilerez facilement la méthodologie à suivre."

 

http://www.amazon.fr/s/ref=nb_sb_noss?__mk_fr_FR=%C3%85M%C3%85%C5%BD%C3%95%C3%91&url=search-alias%3Dstripbooks&field-keywords=le%20sc%C3%A9nario%20en%20toute%20simplicit%C3%A9

couverture scénario amazon.jpg

03/11/2013

le métier de réalisateur de plateaux

le métier de réalisateur de plateaux

Le métier de réalisateur de télévision est très varié et diversifié. Il peut se rapporter à trois genres de réalisations, de fabrications d’émissions :

 

Les émissions de plateaux

Les documentaires

Les œuvres de fiction

 

Pour le thème d’émissions de plateaux, il est à considérer ainsi toute émission qui se passe dans un cadre défini et où des acteurs divers se produisent. Cela peut-être une émission classique de plateau où un animateur donne la parole à des invités (débats) ou commente certains faits et envoie des sujets pour les illustrer : magazines, journaux télévisés etc. Cela peut être des émissions de jeux ou des variétés. Mais peut comprendre aussi des événements sportifs. Le plateau peut-être restreint ou gigantesque, à l’intérieur d’un studio ou à l’extérieur, le principe reste le même : il y a quelque chose qui se passe sur ce plateau et le réalisateur doit le retransmettre, en donnant la meilleure vision du déroulement de l’action. 

 

Pour cela, il établit un conducteur (un document qui décrète l’ordre des séquences) avec ses collaborateurs directs -scripte et assistants réalisateurs- et les principaux acteurs de l’émission -Producteurs, animateurs, journalistes- .

A partir de ce document, du nombre d’acteurs qui vont intervenir et du décor, le réalisateur et son équipe vont disposer les caméras de telle sorte qu’elles devront englober tout ce qui se passera sur le plateau. Les cadreurs, briefés, sauront ce qu’ils doivent faire lors du tournage (direct ou enregistrement). Le réalisateur, avec les ingénieurs du son, doit déterminer le nombre de micros nécessaires pour la bonne marche de l’émission : animateurs, invités, comédiens interprétant une scène, chanteur en direct ou en play-back, participants divers etc. Toujours en suivant le conducteur, le réalisateur, avec le directeur photo et ses éclairagistes, doit déterminer la couleur globale de l’éclairage du plateau, de la veille de certaines zones qui ne serviront qu’épisodiquement dans le déroulement de l’émission. 

 

Ce travail préparatoire, relatif au plateau, terminé, le réalisateur doit appréhender tous les éléments extérieurs qui vont intervenir durant l’émission pour l’étoffer : cela peut-être des diapos, des graphiques, des sujets vidéo, des plateaux extérieurs en duplex, des bandes sons… Avec sa scripte et assistants réalisateurs, il les vérifie, les chronomètre, prend en compte leur durée, note la première image ainsi que le dernier mot prononcé et la dernière image, afin d’éviter un retour précipité sur le plateau. Ces informations sont fournies ensuite aux responsables du son et de l’image pour qu’ils commutent à temps, pour les gens du son, le sonore du document avec le son provenant du plateau et pour qu’ils supervisent, pour les gens de l’image, la qualité de l’image afin qu’elle reste constante entre l’image du sujet et celle du plateau. Lors de cette préparation en régie, l’assistant réalisateur de régie vérifie les incrustations (textes qui vont apparaître à l’écran : soit pour présenter un acteur de l’émission, soit pour fournir un texte quelconque, soit dérouler un générique de début et de fin) qu’une opératrice de synthétiseur tape sur son ordinateur, stocke dans la mémoire de son engin pour les proposer, lors de l’émission, au réalisateur qui les passera à l’antenne. L’assistant réalisateur vérifiera ainsi l’orthographe, le graphisme, la mise en forme, l’animation de ces différents textes.

 

Quand ce travail de préparation en régie est termine, il ne reste plus qu’à passer à la phase de réalisation de cette émission de plateau. La difficulté d’une réalisation réside dans le fait de prévoir tout avant le tournage et d’appliquer cela pendant celui-ci. Quand tout est prévisible et calé, il y a moins de risques. Mais quand la réalisation est dépendante d’événements peu ou pas prévisibles, c’est souvent le cas lors de directs complets, de la vivacité à réagir du réalisateur et de toute son équipe dépendra la qualité de l’émission. 

 

La réalisation à proprement parler : 2 lieux, 4 secteurs.

 

Les lieux : le ou les plateaux et la régie de réalisation

 

Les secteurs : le plateau= la partie non visible à l’écran, cadreurs, assistant réalisateur

plateau, cablemen, directeur photo et électriciens, machinistes et chef de plateau, accessoiristes, coiffeur et maquilleur.

La régie : 

-La partie réalisation : réalisateur, scripte, truquiste, assistant réalisateur 

régie, opérateur synthétiseur, chef de production.

-La partie son : régie son réglant le volume et la tonalité de chaque 

micro du plateau, séquences sonores, des sujets extérieurs, des 

plateaux extérieurs.

-La partie image : régie image vision contrôlant la qualité de 

l’image, de l’éclairage et de son niveau constant, de la mise en veille 

ou en action de certaines zones en suivant le conducteur. Les 

magnétoscopes ou disque dur numérique : enregistrement de 

l’émission et envoi de sujets vidéo extérieurs.

 

Le réalisateur, face à un mur d’écrans, est devant sa table de commutation. Il a face à lui les images que tous ses cadreurs lui proposent et suivant l’intérêt de chacune d’elle, il choisit celle qui est la plus appropriée, la plus en rapport avec ce qui se passe et se dit sur le plateau pour la passer à l’antenne : Imaginons un plateau couvert par 6 caméras, le réalisateur a face à lui 6 écrans diffusant chacun l’image d’un des cadreurs, le réalisateur choisit et passe à l’antenne l’image qu’il juge la plus appropriée et la changera quand une autre sera plus en rapport avec l’action du plateau. Sa sélection sera affichée sur l’écran dit de l’antenne, alors qu’il peut y avoir juste à côté de cet écran, un deuxième écran, appelé « preview » (prévision), proposant une autre image que le truquiste met en veille pour être passée par le réalisateur soit en cut (sans effet) soit en utilisant un effet (fondu enchaîné, volet, composition de deux images etc…). Cette image de preview peut tout aussi bien une image provenant du plateau et proposée par un cadreur ou une image d’un élément extérieur : sujets video à diffuser, autres plateau en duplex. . De la rapidité d’exécution, de réactivité, d’esprit de synthèse du réalisateur et de toute son équipe dépend la qualité de la fabrication technique et artistique d’une émission, au delà du contenu et du fond de l’émission. Ces qualités sont mises encore plus en avant lors d’un direct où nulle erreur est permise. Les directs sportifs en sont le prototype même de ce genre d’exercices : 

 

-8 à 16 caméras parfois, beaucoup de choses à montrer en même temps et des choses très souvent imprévisibles. 

-Des infos à fournir : chronomètre, score, noms des sportifs, sponsors. 

-Réactions diverses : entraîneurs, préparateurs physiques, public. –

-Compléments à l’action : ralentis, mesure de distance, périmètre à respecter, 

commentaires de spécialistes, dialogues entre sportifs et arbitres etc… 

 

Pour satisfaire un téléspectateur, de plus en plus habitué à ses agréments technique qui lui permettent d’appréhender confortablement le programme sportif offert, l’équipe technique doit faire bloc pour aider au mieux le maître d’œuvre qu’est le réalisateur: 

La scripte peut inciter les cadreurs à proposer les plans qui suivent, indiquer toute information essentielle pour bien respecter le conducteur ou éviter des erreurs. 

L’assistant de plateau doit être les yeux de l’équipe enfermée en régie et les guider sur ce qui ses passe en plateau.

Les cadreurs proposer, quand ils ne sont plus à l’antenne, d’autres plans. 

Les ingénieurs du son doivent suivre les changements de cadres pour leur attribuer le son correspondant à l’image et à l’action sélectionnées. 

L’opérateur synthétiseur doit être prêt à afficher les textes ou éléments graphiques demandés.

Les préposés au ralenti doivent estimer une action susceptible d’être intéressante pour être passée ensuite lors d’une succession de ralentis. 

 

Ces attitudes quasi systématiques et efficaces permettent au réalisateur d’agencer tous ces éléments pour fabriquer le meilleur produit audiovisuel possible.

 

Voilà en quelques mots à quoi correspond le travail du réalisateur de plateaux

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique