logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

07/05/2010

courts métrages 4

EN PLEIN BROUILLARD:

Nadine Trouvé, se sentant seule, répond à une annonce de rencontres. Elle fait ainsi la connaissance de Jacques Donet. Leur rencontre débouche sur une idylle touchante. Nadine trouva en Jacques un tendre ami. Mais, elle avait un terrible secret qu’elle ne pouvait dévoiler à Jacques. Elle fit tout pour lui dissimuler, mais un soir tout craqua.

Cela tourna au drame. Une enquête policière aboutira à la conclusion suivante: Nadine Trouvé avait assassiné son ami Jacques Donet, prise d’une violente et incontrôlable crise d’épilepsie. Dans un établissement de repos, Nadine, complètement perdue dans les nua-ges, demandait pardon à Jacques. Mais, il était trop tard.

LA FETE AU VILLAGE:

Un jeune homme, épris de camping, roulait joyeusement sur une départementale. Une déviation l’empêcha de continuer sa route et le conduisit vers un chemin caillouteux qui lui réservera maintes surprises. Ce sentier le guida vers un village où tous les habitants étaient atteints d’un mutisme étrange. L’hospitalité n’était pas la principale qualité de ce village. Cette ambiance lourde inquiéta notre visiteur. Il tenta de rebrousser chemin, mais, hélas, la chasse à l’homme avait été ordonnée. Cette chasse à l’homme correspondait à l’accomplissement d’un rite particuliers. Cette cérémonie était l’activité principale de la secte, qui vivait dans ce village, et dont les membres étaient tous des habitants du hameau. L’étranger joua, et pour cause, un grand rôle dans cette fête au village, très spéciale.



INSOUPCONNABLE:

Le récitant nous fait partager la vie d’un couple. Au départ, quand il se forma, ce couple était harmonieux. Mais, avec le temps, il s’avéra que le mari n’était pas assez mûr pour affronter les responsabilités de la vie d’un couple. L’ambiance rose, qui y régnait, se dissipa. De nombreuses querelles se produisirent, le récitant en fut souvent le témoin muet.

Dans cette maison, il était simplement toléré, avec toutes les aspects humiliants que cette formulation impliquait. Le mari le considérait comme une quantité négligeable, bien inoffensive. Mais, ce que ne savait pas le mari, c’est qu’il devenait, à cause de leur situation tendue, le plus sûr et fidèle confident de sa femme. Lors d’une dernière dispute, plus violente que les autres, le récitant fut outré de la tournure des événements. Il décida d’agir. Profitant de l’absence de la jeune épouse, il trouva l’occasion de venger son amour. Il déséquilibra le mari qui se tua dans sa chute. L’enquête, qui s’en suivit, n’aboutit sur rien. Le récitant, bien que présent lors des investigations, ne fut pas soupçonné. Car, comme avec le mari, il fut considéré par l’inspecteur comme une quantité négligeable. L’affaire fut classée.

Quelques temps plus tard, la jeune épouse prit quelques vacances. Elle était accompagnée de son confident le plus fidèle: son petit caniche noir.

PAUVRE BLACKY:

Dans la nuit, perdu dans les dédales de rues faiblement éclairées, Blacky court pour sauver sa vie. Les blancs ont décidé sa mise à mort.

Les hommes de Blacky, tous aussi basanés que lui, vont faire le maximum pour le sauver. Mais les blancs sont plus efficaces, le combat est impitoyable. Il n’y a pas réellement de haine entre les ennemis éternels, mais une froide attitude déterminée, concoctée par un traditionnel endoctrinement prônant la mort de l’autre, à la couleur de peau différente.

Queenie est l’exemple vivant, malgré la passion que lui porterait facilement Blacky, si celle-ci daignait le regarder qu’une seule fois. Mais non, leur destin était tout tracé. Blacky le savait. Il allait survivre le temps d’une lutte et mourir. Car les Dieux l’avaient décidé ainsi. C’était comme cela que se terminait chaque partie d’échecs entre Henri et Pierre.

LA PLANQUE:

Deux policiers surveillaient les allées et venues d’un ancien détenu, fraîchement libéré. Le plus âgé des deux policiers avait de nombreuses raisons pour filer ce gangster. Le malfrat avait, il y a quelques années de cela, avec quelques complices, cambriolé un usurier qui détenait maints trésors. Les policiers avaient attrapé nombre de ses complices. Il fut le seul à s’échapper, promenant, lors d’une longue poursuite, les policiers dans la ville et la banlieue. Il fut pris un peu plus tard pour une peccadille, mais le mystère du magot de l’usurier ne fut pas résolu.

L’inspecteur têtu pensait, maintenant, en le suivant, trouver la solution à ce problème. Le gangster réussit une deuxième fois à le semer. L’inspecteur se laissa guider par un vieux souvenir qui lui revint en mémoire. Il repéra facilement le bandit. Celui-ci venait de retrouver l’endroit où, il y avait quelques temps de cela, il avait planqué son magot. Cette planque idéale était, à l’époque, une décharge de carcasses de voitures endommagées. Elle s’était transformée en une zone industrielle où d’élancés buildings avaient poussé. Son magot était planqué sous les fondations de ces buildings.


LA ZONE:

Un jeune homme un peu paumé, un peu délinquant, est poursuivi par des policiers en plein 20ème arrondissement: quartier qu’il ne connaît point, car il squattait dans le 13ème avec son amie Lili. Il rôdait dans ce secteur justement par amour pour Lili, afin de lui procurer une dose d’héro.

Les policiers étaient toujours à ses trousses. Malgré la nuit noire, ses vêtements clairs le rendaient très visible. Il décida d’en changer, en attaquant un jeune homme qui sortait d’un immeuble. Il lui prit ses vêtements. Le dévalisé, sans aucune rancune, lui conseilla de ne pas fuir dans cette direction. Le jeune échangiste ne comprenait pas, il ne pouvait pas reprendre la voie conseillée par le jeune homme, les policiers s’y trouvaient encore. Il prit l’autre direction, échappa aux policiers, mais tomba dans un traquenard: des loubards l’agressèrent. Ils le traitèrent de RIVERS, il ne commença à comprendre que lorsqu’il se rendit compte que ses agresseurs étaient des MOB’S. L’un des leurs venait de se faire suriner par un RIVERS. Il paya de sa vie un délit qu’il n’avait pas commis.

Les commentaires sont fermés.

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique