logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

07/05/2010

Courts métrages 5

AMOURS FATALES

Flash Back d’un viol commis par trois hommes sur une femme. L‘agent Jacques Maraine, alerté par une voisine, se rend sur les lieux et prend en charge l‘enquête.

En parallèle une jeune femme, d’une vingtaine d’années, aguiche tour à tour trois hommes et leur propose un réveillon de fin d’année de rêve.

Un à un, les trois hommes se rendent, chacun à la minute prés, le 31 décembre 1999, au rendez-vous organisé par la jeune femme à l’heure prévue. Les deux premiers trouvent la mort, le troisième arrive sur les lieux et découvre ce double meurtre, alors que la police débarque dans l’appartement, quelques secondes après son arrivée. Le principal suspect est amené au commissariat par l‘inspecteur Marc Rivière, en cette nuit de fin de siècle.

Au commissariat, Le commissaire Jacques Maraine, prend connaissance de l’affaire rapportée par l’inspecteur Rivière. Le nom des victimes lui rappelle une affaire qu’il avait suivie.

Il découvre sur son ordinateur, en consultant les archives, que le suspect, ramené au commissariat, avait été soupçonné dans l’affaire de viol qui s’était déroulée une vingtaine d’années plus tôt.

Le commissaire Maraine, pariant sur les dégâts du bug de l’an 2 000, s’arme d’un revolver, conservé pour une affaire de meurtre. Il s’approche de la cellule réservée aux mis en garde à vue, profite des effets néfastes du bug de l’an 2000, qui dérègle toute l’électricité de la ville, pour tuer le suspect et sort dans la rue. Le bug de l’an 2 000 provoque une panique générale en ce premier jour de ce siècle nouveau.

LE TEMOIN.

Une mare de sang étalée sur une dalle de béton. Deux policiers, avertis par un anonyme, arrivent sur les lieux du drame. Ils inspectent minutieusement les alentours: un chantier d’un bâtiment en construction. Ils ne trouvent rien et se séparent, l’un pour se rendre dans un bar, qui se trouve de l’autre côté de la route, juste en face du lieu de l’incident, afin d’interroger d’éventuels témoins. Le second policier se rend vers la cabine téléphonique qui se trouve sur ce même trottoir.

La sonnerie occupé du téléphone, dont le combiné n’a pas été reposé sur son réceptacle, retient son attention. Proche de la cabine, ce policier est interpellé brusquement par un vieux monsieur, à l’allure sale et inquiétante. Il avoue être le témoin de l’incident et relate les faits au policier. Il parle d’une querelle entre deux hommes, d’une bataille au couteau, de la fuite de l’un d’eux: le meurtrier. Il explique l’appel téléphonique de la victime, grâce à son portable, et de l’arrivée d’une voiture qui a emporté le mortellement blessé. Devant tant de faits intrigants, le policier demande à son témoin pourquoi il n’a pas appelé la police pour qu’elle intervienne. Le témoin avoue qu’il ne le pouvait pas, parce que l’homme au couteau… c’était lui. Une seconde mare de sang est étalée sur une dalle de béton, proche de la cabine téléphonique.

L'ASSASSINAT.

Elle était tout le temps présente dans ma vie, dans tous mes gestes. Je ne pouvais plus supporter sa constante présence, elle était plus qu'envahissante, elle était étouffante. Je devais m'en séparer à tout jamais.

A la suite d'une rencontre, je trouvais, en la personne de Myriam, la complice idéale. Elle était décidée à me prêter main forte pour liquider "l'envahisseuse". Avec son aide, j'accomplis un crime parfait dont nous étions, tous les deux, fiers. Nous ne ressentions aucun remords. J'avais réussi. Oui, j'avais réussi à tuer … Ma solitude.



LES MEDAILLES DE L’EXPLOIT

Des sportifs s’entraînent. Sous les yeux de sa sœur, Johan fait de même. Il soigne son matériel, astique ses outils. Le jour J est proche.

Sur le stade, à quelques minutes de la compétition, Johan évalue ses adversaires, il repère celui qu’il juge le plus redoutable. Ses parents et sa sœur sont dans les tribunes pour l’encourager. Sa sœur souhaite vivement qu’il gagne la course pour récompenser tous ses efforts et sacrifices. La course est partie, la lutte est âpre, l’adversaire le plus redoutable de Johan ne lui fait pas de cadeaux, sous le regard angoissé de la sœur de Johan qui se rappelle.

Sur une route, Johan, avec des amis, fait du cyclotourisme.

L’arrivée est proche.

Une voiture roule à vive allure.

Les parents de Johan sont excités. Johan, après une dernière lutte avec son adversaire redouté, vient de franchir la ligne d’arrivée. Sa sœur est heureuse pour lui : son frère vient de remporter le titre de champion d’Europe Handisport du 800 m en fauteuil, catégorie membres inférieurs amputés, car il a été victime d’un chauffard qui a eu pour seule mérite de rouler sur une départementale à plus de 180 Km/heure et de faucher le jeune homme. A chacun sa médaille, à chacun son exploit.

ÉPHÉMÈRE.

Plusieurs jeunes hommes et jeunes filles se rendent à leur cours de danse. La répétition est menée durement par le maître de ballet. Ils dansent sur "Think" interprété par Aretha Franklin, suent et souffrent sous les consignes du chorégraphe. Une dernière répétition et: miracle ! Ils dansent sur scène, avec leurs habits de spectacle devant un vrai public. Le morceau est fini, on les retrouve dans la salle de répétition. Le chorégraphe les remercie sèchement. Ils quittent, l'un après l'autre, la salle de danse pour retrouver leur quotidien.

SANS PAPIER 2999

En l’an 2999, on suit l’activité professionnelle privilégiée de Zubron sur un satellite artificiel de centre de travail, alors que sa famille vit sur terre dans une résidence préservée et fournie aux travailleurs comme Zubron.

Par distraction, Zubron commet un impair et perd son travail et sa situation privilégiée. Lui et sa famille sont contraints de survivre sur terre dans des conditions précaires et méprisables. L’espoir d’une amélioration est vain.

Les commentaires sont fermés.

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique