logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

15/05/2009

concert minute

Un décor de studio d'enregistrement de musique.
Les personnages:

Hamal: guitariste noir d’origine antillaise, grand, fort, enrobé, ne pense qu’à faire la fête, à la bouffe, à la rigolade

Etienne: un batteur qui bégaie

Jeff, bassiste âgé, a commence sa carrière dans les années 60, a vogué de groupes en groupes, touchant à tous les genres, vit de ses souvenirs de ses heures de gloires, de ses rencontres avec des stars du passé...

Bob, synthétiseur, amateur d’électronique, gamin grand et boutonneux, style grand Duduche, rêveur, souvent dans la lune, un peu naïf

Lorinaah, blondasse, superficielle, fille à papa gâtée, égoïste, faussement cool, à la limite de la crise de nerfs à chaque contrariété.

La confrontation de ces divers personnages plus quelques autres dits guest stars et atypiques va provoquer des dialogues et des situations confus causés par les mondes et motivations différents de personnages très ciblés et cernés.

speed dating

Si vous ne connaissez pas le principe du speed dating, laissez-moi le loisir de vous l'exposer.
Un lieu convivial; restaurant, bar, club.
Des tables intimes pouvant recevoir un duo de participants.
Autant de femmes que d'hommes à la recherche du compagnon idéal.
Pour cela 7 minutes pour dialoguer avec l'autre, parler de soi, de ses attentes, de ses goûts, passions, qualités, défauts, situation socio professionnelle.
Puis bing ! Le gong retentit, l'entretien est fini, on rencontre un autre participant et le cirque recommence.
A la fin de soirée, chaque femme a rencontré un certain nombre d'hommes et réciproquement. Chacun a fait son jugement sur le meilleur ou le pire de la soirée. Libre à eux, si le choix est identique, d'entrer en contact avec l'autre,en dehors de ce speed dating. Ce qui créé des espoirs, des désespoirs, des illusions, des désillusions et parfois la naissance d'un petit quelque chose que l'on pourrait appeler l'amour.

Panel de personnages:
Pied noir exhubérant, bling-bling et vantard.
Marie chantal un peu snob, un peu coincée.
Grand garçon, timide,voire timoré un peu genre: un sot en hauteur.
Le routier aux allures et discours assez vulgaires, mais qui cache un coeur de midinette très sensible.
Une fille super belle, mais aussi super blonde nourrie à la star academy, aux magazines people.
Une fille, style miss Ugly, mais à la personnalité riche et déroutante, pouvant tout aussi bien parler de cuisine gastronomique que de notions économiques et politiques les plus pointues.
Un jeune cadre dynamique qui ne parle qu'en termes de croissance, de rentabilité, de rapport qualité prix et quel que soit le sujet de la conversation, son discours est marqué par le sceau du jeune loup arriviste.
Puis à cela se rajoute des guest, personnages atypiques venant augmenter le nombre de participants de ces soirées.
L'originalité de ce programme pourrait résider dans le fait que les conversations sont retranscrites dans un désordre complet afin que petit à petit on puisse rétablir la logique des dialogues pour resituer le bon dialogue entre les bons duos de participants.

L'humour et la dérision sont obligatoirement de mise dans ce type de programmes courts.

21/01/2009

brèves de comptoir

Base pour mini série
Les brèves de comptoir


Un décor unique : un bar
Les personnages : un patron derrière son comptoir, un client toujours le même et des consommateurs divers et variés (guest stars)


La pire des absences.

Il y a un pays que je déteste bien plus que les autres, c’est la Mongolie. C’est un pays d’inconscients où les Mongoliens sont en nombre, pour leur plus grand malheur. On devrait interdire aux adultes de ce pays de se reproduire pour ne pas accentuer leur handicap. Ne vous méprenez pas sur mes intentions, mes pensées, elles ne sont pas partiales. Chaque pays a ses tares. Il est bien connu que nous sommes, nous les Français, des cannibales de la pire espèce et que nous nous goinfrons, par pure gourmandise, de Congolais et cela dès notre plus tendre enfance. Il y a aussi la Suisse ; ce pays policé où les banques agissent en cinq sept comme des blanchisseries et où les habitants mangent sans scrupules, sans remords, leurs enfants. Depuis les petits Suisses se font de plus en plus rares. Je n’oublie pas les Américains qui mettent très tôt leur progéniture sous la protection d’un Mac peu recommandable. Tant et si bien que sous l’emprise de ce mac qui dénigre l’Euro, ils deviennent obèses, obséquieux, obsédés, obéissants et obsolètes. A cela s’ajoute quelques autres tares obscures dont je ne vous parlerai pas ici.

D’où je sais tout ça me demanderiez-vous ? Mais c’est tout simple, on apprend beaucoup de choses au comptoir du bar du commerce. C’est le patron Arthuro, un Portugais qui fume du Belge et quelques harengs, qui me distille toute cette culture, essentielle à mon épanouissement. Il dit aussi quelque chose de profond que je médite à chaque fois que je le peux :

« Pour s’exprimer, pour dire tout haut ce que les autres pensent tout bas, les absences de culture, d’esprit et d’intelligence ne sont pas des handicaps. »

Des millions d’individus confirment cet axiome et je suis fier d’être l’un d’eux. A votre santé, mes frères ! Hic !



Quand même !

Le sénat, vous savez à quoi cela sert ? Hem ? Vous ne savez pas ? Ben à prendre le train ! Ben ouais, vous n’avez jamais entendu parler du train de sénateur. Quand même !

Travailler plus pour gagner plus ! Vous avez bien sûr entendu cela un peu partout. Mais moi, je veux juste travailler. Enfin, juste travailler pour vivre, mais pas travailler plus pour vivre moins. Il n’y pas de boulot pour des anciens comme moi. Mais de vous à moi, vous ne trouvez pas anormal que l’on confie la croissance du pays à quelqu’un qui n’a pas fini la sienne ? Quand même !

Je donne ma langue au chat qu’on dit, je donne ma langue au chat. Moi, je veux bien mais mon chat il ne mange que du Ronigou. Alors ?? Quand même !

Moi, j’ai un copain qui m’a dit que pour réussir il faut avoir du sang bleu, le bras long, quelqu’un dans sa manche et plusieurs casquettes. Moi, je veux bien, mais je ne te dis pas comment il faut être drôlement mal foutu pour arriver à ce résultat, à mon avis le mec il doit avoir une vraie tête à claques. Alors ?? Quand même !

Le racisme ! On parle partout du racisme ! Moi, je vois partout des associations se créer pour lutter contre ce fléau. L’ennui c’est que pour en faire partie, il faut montrer patte blanche… Alors ? Quand même !

Moi, il y a bien un métier qui me plairait. C’est chef de gare, mais pas dans une grande ville, dans un petit village. Avec moi, la SNCF ferait des économies. Vous savez pourquoi ? Parce que j’ai souvent les oreilles qui sifflent. Quand même !

-Moi, j’aime bien Alain Souchon et Laurent Voulzy !
-Les chanteurs ?
-Non, les économistes ?
-Les économistes ? Tu ne confonds pas un peu ?
-Mais non ! Ce sont de vrais économistes qui mettent leurs théories en application avec succès !
-Ah bon ?
-Ouais ! Travailler moins pour gagner plus ! Tu as vu le temps qu’ils mettent tous les deux pour faire un album ? Et mon professeur d’économie, qui était corse, m’a toujours expliqué les bases de l’économie ainsi : L’économie c’est la satisfaction maximum des besoins produite par le minimum d’efforts. Alors si Souchon et Voulzy ne sont pas des économistes experts ? Quand même !


Chanceux ou gogos

La chance appartient à tout le monde. A qui le tour ? 100% des gagnants ont joué. Tu n’entends plus que ça de nos jours. Plus le pays est en crise, plus les gens sont dans la merde et plus on leur fout dans la gueule du rêve à crédit. Loto, super loto, Euromillions, Rapido, tiercé, Quinté, des dizaines de tickets à gratter. Alors que nous, pauvres hères, on est dans la misère. Misère, misère, comme disait l’autre ! Alors, ils en profitent. La Française des gueux, ils nous sortent tous les mois un jeu. Là, il y a le nouveau Loto, avant il y avait le nouvel Omo, là c’est le nouveau loto. De toutes façons, avec les deux on est lessivé.

Avant, avant, parce que j’y ai réfléchi, je n’ai pas l’air mais je réfléchis. Avant à l’ancien loto, tu jouais au loto avec 1.20€ deux grilles pour deux tirages dans la même soirée. Cela veut dire que ton jeu te coûtait 0.30 €. Maintenant avec le nouveau loto, tu joues une seule grille pour un seul tirage dans la même soirée pour 2.00 € le jeu. Tu sais combien cela fait d’augmentation pour le nouveau loto ? tu sais ? Cela fait 565% de hausse. Tu te rends compte un peu. C’est comme si toi, tu vendais du jour au lendemain ton petit noir, espèce de raciste, 7.35€ ! Ou si Monique proposait ses charmes, passant de 120€ à 800 € ! Tu serais drôlement emmerdé, mon salaud. La chance appartient à tout le monde ?
Mon cul, ouais ! Non, mais quand même !

Tiens, on se fout souvent de la gueule des belges ! Mais là, j’ai un belge qui m’a raconté une histoire sur les français. Vous savez pourquoi on fait du bouche à oreille aux français au lieu de leur faire du bouche à bouche ? Parce qu’ils ont une si grande gueule que le sauveteur pourrait tomber dedans ! Non mais, quand même !

Pour éviter de devenir une vache à lait, il n’y a qu’une solution : donner un pot de vin.

Avant quand on voyait quelqu’un parler tout seul dans la rue, on souriait parce qu’on le prenait pour un simplet. Maintenant avec les portables, on ne sait plus. Les portables, c’est insupportable !

Maintenant avec les nanas qui se font à tout age de la chirurgie esthétique. Qu’est-ce qu’il se passe si elles ont un gosse et qu’elles l’allaitent ? Le gamin, il boit du lait synthétique ?

Quand je ne suis pas au bar à siroter, je reste chez moi à écouter la radio.
-tu écoutes quoi ?
-Une radio qui émet que de la musique, cela me rappelle mai 68 !
-Ah bon, pourquoi ?
-Parce qu’on dirait que les journalistes sont tous en grève !

Pour conduire une voiture, il te faut un permis. Pour pécher ou chasse, il faut un permis, mais pour faire et élever un gosse, non ! Tu ne trouves pas ça anormal ?

L’Europe, l’Europe ! Tout le monde en parle. Moi, je deviendrai européen quand je pourrai m’habiller italien, conduire allemand, manger français, dégueuler anglais, sans prendre mon voisin pour une tête de turc. Tu vois le mic mac, alors faire l’Europe à 27, c’est une vraie toupie !
-Utopie !
-Si tu veux l’acheter chez U ! Moi je vais chez toys à rus !

Pour que la société marche bien. Il faut les bonnes personnes aux bonnes places. Au gouvernement, il n’y a rien qui marche. Au ministère de la santé, ils sont tous malades. Au ministère du travail, je les ai vus, ils ne foutent rien. Aux sports, c’est là qu’il y a le plus d’obèses. A l’économie, c’est eux qui font les plus grandes dépenses. A l’intérieur, ils sont toujours à l’extérieur.

22/05/2007

documentaire les origines du flamenco

NOTE D’INTENTION

Jusqu’à présent, tous les documentaires sur le Flamenco, diffusés à la télévision, reposaient sur des investigations stéréotypées et n’apportaient aucune autre réflexion sur les origines réelles et profondes du flamenco et de sa culture.

L'enquête, que nous proposons, tentera d’exposer une autre hypothèse que plusieurs éléments, qui n'ont jamais été développés et élucidés, vont étayer. Elle retrace l’histoire d’une élite d’artistes nomades d'ethnies diverses, provenant du pays du Nil : l’Egypte. Nous montrerons que la traduction espagnole de "gitans", qui signifie : "égyptiens" est loin d'être fortuite !

C'est au sein de Alméria, dans un monde régi par la culture andalouse, juive et maure, que cette caste allait progressivement élaborer une nouvelle forme d'expression, qui influencera la totalité du folklore espagnol : le flamenco.

Cette métamorphose se concrétisa en un premier temps par le chant profond, qui retraçait les déboires malheureux subis par toutes ces populations, dont le mode de vie importunait les rois catholiques. En somme, marginaux andalous, tsiganes, juifs, musulmans, alliés à ces artistes, furent envoyés en prison, aux galères et dans les mines : nous exposerons ainsi ces lieux et ces métiers, symboles, à l'état embryonnaire, des premières manifestations de l'art Flamenco... Dans l’atmosphère de ces lieux , le terme «TARANTOS» qui signifie en dialecte andalou: «ILS Y SERONT TOUS !» apparaîtra pour la première fois.

Pour oublier les états de détresse, à la fois physique et psychologique, de ces bannis, la danse viendra normalement seconder cette expression vocale : danse imprégnée d’attitudes, de manifestations gestuelles issues des arts divinatoires égyptiens et gitans.

Chants et danses ne pouvaient vivre sans l’apport d'un troisième élément : la guitare. Cet instrument de musique structura le flamenco, pour devenir l’image de marque des gitans, de leur musique et naturellement de la culture espagnole. Malheureusement trop souvent réduit à sa manifestation stéréotypée, pour charmer le grand public, le flamenco en réalité est bien autre chose qu’un simple divertissement pour touristes. Ce documentaire le démontrera. Aujourd'hui, si certains "Tarantos" tentent de faire revivre la "magie" flamenca, d'autres, par contre, la transforment avec la modernité du temps présent.

SYNOPSIS

Au Moyen-Âge, des nomades au teint sombre vivent dans des grottes troglodytes d'Alméria, à l'est de l'Andalousie. Qui sont-ils? Que font-ils? ... Etaient-ils les précurseurs de la civilisation légendaire : l'Atlantide, symbolisée par la Grèce antique, à travers les deux colonnes d'Hercule, dont l'héraldique se situe d'ailleurs au sein du drapeau espagnol ?

Provenaient-ils de l'Inde ancienne, comme l'affirment la grande majorité des spécialistes ?
Etaient-ils le "peuple élu" que la Bible dénomme "juifs"? Avaient-ils partagé le "Grand Savoir" des prêtres égyptiens, avant d'échapper aux cruels pharaons, pour finalement immigrer dans le sud de l'Espagne ? Pourquoi certains d'entre eux disaient descendre d'une «Caste Royale», qu'ils appellent «Calé»? Pourquoi sont-ils aussi croyants, embrassant toutes les religions et évoquant souvent "l'inspiration" d'une "âme créatrice" : Le Duende, un terme énigmatique, dont la traduction en langue castillane, reste obscure?

Et si on imaginait l'hypothèse la plus absurde, mais qui peut-être expliquerait tout, en passant par l'origine mystérieuse de l'art Flamenco; ne seraient-ils pas tout simplement de Alméria : "leur centre" du monde ?

Alméria : une ville entourée par un désert. Une ville, dont le paysage lunaire situé au bord de la mer avait même fasciné les conquérants de l'époque. Impressionnés, ils l'avaient dénommée : "le miroir d'Allah", le "reflet de la ville Sainte et Eternelle de Dieu", en parlant religieusement ou d'un "point de vue" biblique. Dans cette région d’Espagne, où l’Islam était particulièrement prédominant, ces immigrés fraterniseront avec les arabes et les juifs, peuples de civilisations nomades comme eux, et s’enrichiront de ce mélange de cultures. Forte d’une tradition orientée vers le sacré, cette dynastie d’artistes, devenue «gitane andalouse», influencera non seulement les autres peuples présents sur cette partie du sol ibérique, mais également la totalité de la culture espagnole.

Par la suite, tout comme les trois autres communautés nomades (arabes, juifs et tsiganes), ces «gitans andalous» seront pourchassés par les rois catholiques, pendant des siècles. Ils se retrouveront tous envoyés aux galères, en prison et dans les mines. "Ils y seront tous !"; formule qui se traduira par un mot et qui deviendra le nom de leur tribu, de leur caste: "Los Tarantos".

Pour supporter leurs conditions pénibles, ces gitans chanteront leurs malheurs, créant ainsi une nouvelle forme d’expression : l’art flamenco. En voyageant dans les lieux mythiques de leurs périples (la province de Alméria, Grenade, Cordoue, Séville...), nous rencontrerons leurs descendances ( la famille SEGURA entre autres) dont les aïeux ont vécu cette aventure et qui vivent encore comme les premiers gitans, respectant à la lettre traditions et cultures. Illustrée par des chants profonds, interprété par Manuel Serrano (de la formation Toma Ké Toma), la naissance du flamenco prendra corps.

Le chant, une fois encore, trahira leur véritable origine, tandis que la danse, qui découlera de ces chants, montrera l’évidente parenté du Flamenco avec les arts divinatoires. Le groupe KAHENA illustrera, par ses différentes danses, les attitudes et les gestes directement liés à ces arts divinatoires. Cependant, avec le temps, l’aspect sacré et occulte de leur Tradition finira par se vulgariser progressivement, à l’image du folklore qui anéantira l’impact des sciences divinatoires. C’est ainsi que le Flamenco se noya dans la danse, pour le plaisir de spectateurs néophytes mais néanmoins charmés par le dépaysement. Aujourd’hui, si certains «Tarantos» tentent de faire revivre la magie flamenca; d’autres, en revanche, la transforment à l’image de la modernité actuelle. Des précurseurs, comme Vicente Almaraz, mirent en avant la musique spécifiquement flamenca au détriment du chant et de la danse. Tout en respectant les bases traditionnelles, de jeunes talents se sont engouffrés dans ce mouvement pour moderniser le flamenco. Un groupe comme Fahem Quintet l’illustrera.

Coincé entre les impacts de la tradition et de la modernité, le flamenco ne cesse d’évoluer et de progresser. De nombreuses écoles de flamenco, comme celle de Carmen De Torres de Séville ou encore « LA ESCUELA C. DE LAS CUEVAS » de Grenade le prouvent et perpétuent cet art. D’autre part, il se développe actuellement un flamenco international, comme le démontrent des artistes étrangers, notamment des guitaristes- le français Laurent Jaulin entre autres-. Par ce fait, on peut affirmer à juste titre, que cette expression artistique, créée par un groupe de nomades provenant d’une "caste royale", est loin de dépérir.

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique